samedi 18 juillet 2009

Mary Wigham, sa famille et sa vie (2) - Hannah Wigham

.
Hannah Wigham (1741-1811) était la fille de William Thistlethwaite (1705-1780) de Pontefract et de sa femme Hannah Parker (décédée en 1745) Le ministère public de Hannah parmi les Amis débuta dans les assemblées religieuses qui se tenaient chez ses parents, bien avant son mariage avec John Wigham en 1764. D'après les récits, elle était une pieuse femme d'un caractère doux, qui manifesta beaucoup de patience chrétienne dans de nombreuses épreuves douloureuses. Toutefois, son caractère doux devait être accompagné d'une profonde force spirituelle, puisque Hannah voyagea pour son ministère à une époque où toute forme de voyage nécessitait courage et endurance. Dès 1769, Hannah se rendit à Durham et dans le Yorkshire en compagnie de sa belle-sœur Dorothy Wigham, pour prêcher parmi les Amis. Il est intéressant de noter que ses voyages l'amenèrent à rencontrer de temps à autre des Amis qui prenaient une part active dans la gestion de l'école d'Ackworth. Durant le cinquième mois (mai) de 1774, elle assista à l'assemblée bisannuelle des Amis Irlandais à Dublin, à laquelle participait aussi Esther Tuke qui devait plus tard faire partie du comité local de l'école d'Ackworth. Pendant le second mois de 1783, Hannah fut engagée dans le "pénible ministère" de visiter les familles nécessiteuses d'un quartier de Londres, en compagnie de Christiana Hustler, épouse de John Hustler, qui était l'un des membres du comité local de l'école, et un ami intime du docteur John Fothergill, fondateur d'Ackworth. Hannah Wigham et Christiana Hustler participèrent toutes deux en 1783 à l'Assemblée annuelle des Amis, à Londres, et y présentèrent une proposition de modification du règlement.

Hannah Wigham fit partie des femmes qui s'assemblèrent pour préparer la session de 1784 de l'Assemblée annuelle de Londres, avec la ferme intention de demander que l'assemblée des femmes, qui habituellement se tenait uniquement pendant la réunion annuelle, soit reconnue en tant que session de travail permanente, avec l'autorisation de correspondre et de mener des actions entre les sessions annuelles. Il avait toujours été coutumier pour les femmes quaker de mener leurs actions à un niveau local ou régional, mais autoriser, au niveau national, une assemblée de femmes à correspondre et à exercer un certain contrôle sur les réunions régionales représentait un accroissement d'autorité qui n'était pas l'usage pour les Amis Anglais de cette époque, même si de telles assemblées de femmes avaient toujours été la règle parmi les Amis d'Amérique. En 1784, l'assemblée des femmes, dont faisait partie Hannah Wigham, désigna neuf représentantes, dont Esther Tuke et Christiana Hustler, pour défendre, devant la session de travail des hommes, la proposition de reconnaître à l'assemblée des femmes le droit permanent de correspondre et de se réunir aux assemblées trimestrielles de niveau local.
Ces neuf représentantes étaient soutenues par trois Amies venues d'Amérique, parmi lesquelles Rebecca Jones, qui visita ultérieurement l'école d'Ackworth, et participa à la fondation de l'Ecole de Westtown, aux Etats-Unis. Alors que leur demande était rejetée à la réunion du matin, elle fut acceptée de peu pendant la session de l'après-midi et c'est ainsi que vit le jour l'Assemblée Annuelle des Femmes Amies. Rebecca Jones devait plus tard décrire Hannah Wigham comme "une honorable, agréable Amie", ce qui compte tenu du langage de l'époque est sans conteste un grand compliment!

Les épreuves douloureuses qui nécessitèrent la patience chrétienne de Hannah dont il a été question ci-dessus ne nous sont pas connues, à l'exception de la faillite de son mari. Les problèmes financiers poussèrent John et Hannah à déménager avec toute leur famille à Pontefract, afin de se rapprocher de la famille de Hannah. Au moment de la mort de John Wigham, en 1787, John et Hannah avaient sept enfants, tous nés dans le Northumberland : Elizabeth (née en 1765), William (né en 1767), John (né en 1769), James (né en 1772), Hannah (née en 1774), notre Mary (née le 26 novembre 1776), et Cuthbert (né en 1779).

Quatre d'entre eux, dont Mary Wigham devaient fréquenter l'école d'Ackworth, en compagnie de plusieurs de leurs cousin du Northumberland et d'Écosse. James Wigham, frère ainé de Mary fut élève en 1782 et 1783, sa sœur Hannah fut élève à Ackworth de 1785 à 1788, puis resta à l'école en tant qu'apprentie enseignante au terme de sa scolarité. Vous pouvez voir ci-contre le marquoir, reproduction d'un hymne de William Cowper intitulé "De la Providence", qu'elle broda en 1786. Mary étudia à Ackworth de 1788 à 1791, brodant son marquoir à médaillons en 1790, à 14 ans. Mary retourna à Ackworth en tant que Maîtresse de lecture de 1795 à 1800. Il n'a pas encore été possible de savoir où elle a vécu ni ce qu'elle a fait entre le moment où elle a quitté l'école et celui où elle y est retournée pour enseigner. Il est possible qu'elle ait été apprentie enseignante dans une autre école. Peut-être des document seront-ils retrouvés à Ackworth nous permettant de clarifier cette question. Cuthbert, le plus jeune frère de Mary fréquenta Ackworth de 1789 à 1793, entre la période où Mary était élève, et celle où leur mère Hannah y exerça les fonctions de Maîtresse Principale.

A suivre....

2 commentaires:

  1. histoire des plus interessantes Merci de nous la communiquer .Couson

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cette traduction !
    amitiés Edith

    RépondreSupprimer